menu 2

Mes dernières chroniques

dimanche 4 mai 2014

Meg Corbyn Tome 1 : Lettres Écarlates de Anne Bishop



 
Mais elle n’était plus faible ni impuissante. Si elle devait servir de jouet qui couine à ses imposants compagnons à fourrure, elle avait son mot à dire, elle aussi. Y compris sur le choix du jeu...
















Le résumé :
Meg Corbyn a vécu toute sa vie coupée du monde, traitée comme de la viande par des hommes sans scrupules se servant de ses visions du futur pour s’enrichir. Lorsqu’elle s’enfuit, ils sont prêts à tout pour la récupérer, même à s’aventurer sur le territoire des Autres. Ces créatures de cauchemar prêtes à éradiquer l’humanité au moindre faux pas auprès desquelles Meg va trouver refuge. Mais si Simon Wolfgard, loup-garou et chef de la communauté, est d’abord intrigué par cette humaine intrépide, il pourrait à tout moment décider de simplement éliminer cette source de danger pour les siens…


L'avis :
Il s'agit du premier livre d'Anne Bishop que je lis.
C'est un auteure avec un univers très riche qu'il faut dans un premier temps appréhender . Après cela, on prend vraiment plaisir à ce voyage vraiment dépaysant. On est loin des héros traditionnels . Simon Wolfgard est un loup-garou qui prend plaisir à manger du singe (des humains) et ne sans cache pas.
Au début, il ne voit pas pas Meg comme une compagne potentielle mais comme une inférieur. Tout le roman tend à montrer comme tout cela change...

Je le conseille.

L'extrait :
Simon pénétra dans la salle de tri et pointa la porte du pouce en regardant Nathan.
— Dehors.
— Je monte la garde, protesta Nathan en montrant les crocs.
— Je veux lui parler. Va à côté. Tu reviendras quand j’aurai terminé.
Le Loup s’exécuta à contrecœur.
Une fois seul avec la femelle qui le plongeait dans la confusion, Simon se pencha sur elle de manière à sentir son souffle sur son visage, humer son odeur.
Elle exhalait des effluves de douleur teintés d’une excitation étrange qui lui donna envie de renifler son entrejambe. Elle sentait également le sang et les médicaments que Tess avait appliqués sur sa plaie. Il éprouva le besoin soudain de flairer la blessure, d’en faire disparaître les produits humains et de la nettoyer à la manière d’un Loup.
Mais Meg était humaine ; la médecine humaine lui conviendrait mieux.
— Je sais que tu ne dors pas, chuchota-t-il. Tu ne peux pas berner quelqu’un qui t’a entendue dormir.
— Tu veux dire que je ronfle ? demanda-t-elle, les yeux toujours fermés.
— Non, répondit-il avant de réfléchir un instant. Je ne crois pas. Mais je sais quand tu dors.
Elle déglutit. Elle avait une gorge si appétissante, douce et ferme à la fois.
Non, se morigéna-t-il en pressant son front contre le bras de Meg. On ne peut pas la mordre.
Il leva la tête et sonda les yeux gris à présent posés sur lui.
— Je suis le chef. Tu aurais dû m’appeler. Même si tu préférais la présence de Tess à celle d’un Loup, tu aurais dû m’en parler d’abord.
— Je savais que quelque chose clochait. Je ne voulais pas qu’il arrive quoi que ce soit pendant que je me disputais avec toi.
Elle marquait un point. Mais il se garderait bien de le lui dire.
Il effleura ses cheveux. Ils avaient toujours cette teinte étrange, d’autant plus voyante que les racines étaient à présent noires. Quand ils pousseraient, il regretterait cette couleur orange.
Ça non plus, il ne le lui dirait pas.
— Je m’occupe des livraisons, lui assura-t-il. Repose-toi. Il y a de la nourriture. Tu veux manger ?
— Pas maintenant. (Elle ferma les yeux un instant, puis les rouvrit.) Est-ce que Nathan est en colère contre moi ?
— Oui. Si tu le tiens à l’écart encore une fois, il te mordra.
Un furtif sourire passa sur les lèvres de Meg.
— Je parie qu’il ne le fera pas si je lui dis qu’il peut avoir tous les biscuits qu’il veut.
Il resta un moment à l’observer, à l’écouter. Elle dormait vraiment. Il l’embrassa sur le front et trouva ce baiser plaisant en soi. Et aussi pour d’autres raisons, admit-il en se léchant les babines. Il n’avait pas le droit de croquer Meg, mais elle avait vraiment bon goût.
Il échangea sa place avec Nathan. Tout en observant Jester remplir les paniers de courrier et expliquer aux poneys pourquoi ils ne recevraient aucune friandise, il composa le numéro qui ramènerait Crispin James Montgomery dans l’Enclos.